dimanche 13 novembre 2011

Chaud et froid

De sa main gantée de soie, elle s'appropriait ma peau. D'une lenteur exquise, elle dessinait les courbes de mon corps avec agilité et assurance. Le noir tissu semblait prendre vie alors que je ne voyais que cela, ressentant la moindre caresse.

http://audetteart.ottawaarts.com/wp-content/uploads/2009/01/bwdigitalfemale_audette.jpg


Il me tardait qu'enfin elle s'aventure à la source de ce plaisir qui faisait de moi une sauvageonne amante. Mon corps nu, à sa merci, telle une toile vierge qu'elle pouvait peindre à se guise se faisait plus insistant. La douceur de son touché ne me suffisait plus.

Ma main se posa sur la sienne. Je ne voulais pas paraître impolie, mais il me fallait lui faire comprendre! J'écartai les cuisses, exposant à sa vue l'axe où mes cuisses rejoignent mes fesses pleines. Il me tardait de ressentir la moiteur s'y installer.Mon message fut compris, car dès l'instant où j'ai écarté les cuisses, elle m'en fit voir de toutes les couleurs.


http://headswim.tumblr.com/post/118931095/grainy-black-and-white-photo-of-a-woman-sucking


D'abord, sa langue quitta mon mamelon durci, longuement léché. Ses doigts habillés se découvrirent de leur étoffe et semblèrent se lasser du creux de mon cou, de l'arabesque de mes hanches et du soyeux de ma chevelure.

C'est l'eau à la bouche et la braise dans le regard qu'elle se glissa sur mon ventre, appuyant son poids et libérant sa chaleur sur moi. Je ne voyais que ses grands yeux verts entre mes jambes. Ses ongles prirent appui sur ma peau, comme pour me saisir, me punir de mon impatience, puis enfin, je pu sentir son souffle doucement propulsé sur le bas de mon ventre. Un baiser, puis deux, puis.. Je perdis le décompte plus elle approchait d'entre mes cuisses. Elle semblait sillonner mon mont de Vénus, laissant ma peau en manque d'elle.


http://4.bp.blogspot.com/_KZaK3f-Z8SQ/SwWK0MCEouI/AAAAAAAAANI/61imuQkeEtI/s1600/AM+-+109.jpg


Je frissonnai dès que sa bouche toucha mon sexe, comme une promesse d'enivrement. Du bout de sa langue, elle en parcourut les contours alors que j'ouvrais encore plus les jambes, l'accueillant au plus profond de mon être. Du plat de la langue, elle se mit à entrouvrir mes lèvres timides et je fermai les yeux pour mieux ressentir chaque passage.

La succion et l'appui de ses dents sur mon clitoris gonflé ne faisaient que me rendre encore plus féline et je ne pus retenir mon envie de po
usser sur sa tête tout en faisant jouer mes mains dans ses cheveux.

- Encore, encore!!!

Il s'agissait des seuls mots que je pouvais prononcer, chuchotant dans un souffle mon désir pour elle. Ma douce faisait glisser sa langue sur moi de gauche à droite, provoquant une série de petits spasmes divins. L'engourdissement ressenti dans mes jambes m'empêchait de bouger. J'étais devenue sa proie. Je caressais ma poitrine pendant qu'elle me dégustait et grâce à cette huile de massage, il me semblait que j'étais encore plus réceptive. La bouteille avait laissé couler sur moi ses dernières gouttes et de mes seins, elles se frayaient un chemin jusque sur mon ventre.



http://farm1.static.flickr.com/154/383963470_28c988864f.jpg

Mes yeux s'ouvrirent dès que cessèrent ses caresses. Pourquoi? Ne t'arrête pas, pensais-je... Elle tendit son bras sous le lit et elle en sortit un contenant congelé. De la crème glacée, vraiment? Sceptique, je n'étais pas convaincue.

-Tu vois ce doigt? Je le laisse refroidir, longuement, et je te réserve une surprise, me dit-elle. Lentement, elle le passa sur le long de ma fente humide et l'inséra sans ménagement en moi. Le contraste du froid de sa peau et de la chaleur de mon excitation fut comme une véritable claque.

D'abord comme une agression, je ressentis ensuite un frisson me parcourir l'échine. Gardant son doigt en moi, elle remit sa bouche sur ma chatte gonflée, l'embrassant délicatement en laissant le bout de sa langue se mouvoir sur moi.
La bouche ouverte, je laissai échapper un soupir surpris, mais je n'étais pas au bout de mes découvertes. Encore une fois, elle m’amenait au bord du gouffre sans me laisser tomber dans ce plaisir insensé.

http://simplewishes.tumblr.com/page/106


Cessant de me titiller, elle ouvrit le pot, y plongeant une cuillère qu'elle mangea sous mes yeux pendant que ma patience me quittait de nouveau.
La bouche pleine de crème fondante, elle revint vers mon sexe et elle s'y plaqua. Le froid était quasi insupportable. Elle releva la tête, me regardant avec ses yeux rieurs.

- Sois patiente, sois douce.. Tu verras!

Et j'ai vu.


Elle appliqua sa bouche et souffla. Ce moment où mon clitoris engourdi ressenti à nouveau fut des plus délicieux.
La chaleur de son haleine chassa le froid du dessert, me rendant ultra-sensible. Ses doigts s'inséraient en moi si vite que je pouvais à peine respirer. Mon bassin vaguait, mes orteils se crispaient et moi, je hurlais de plaisir.

Lorsqu'elle ajouta à ce divin mélange de légers coups de sa langue agile, je ne pus plus rien. Elle aspira mon bijou rose, le faisant rouler sous sa chair et j'explosai. Littéralement. J'éjaculais rarement, mais cette fois-ci en était une. Levant les yeux durant ce moment magique, je pus la voir me boire, m'aspirer et m'avaler.

Ses doigts étaient toujours en moi et elle continuait de me pénétrer tout doucement, très lentement lorsqu'elle remonta vers moi pour m'embrasser. Elle goûtait le sucre et le sel...



1 commentaire:

  1. Les oppositions sont des sources d'excitations, de passions et d'abandon. Les supplices d'une contradiction qui vous attire dans son gouffre de découverte invitante mais inquiétante d'inconnu, marque l'imaginaire du corps en déliant ses attaches à sa réalité.

    La valse des mots lorsqu'ils dansent la chaleur des images est aussi puissant que le touché des réalités. Quand imagination et fantasmes se fondent en une réalité imaginaire, un touché absent, un sensation non senti mais vécu, un touché froid sur le corps chaud.

    Excellente plume et une imagination aux offrandes de grand voyage :)

    Merci de cette pause, de cet intermède aux extases et explosion d'émotions et de sensation.

    RépondreSupprimer