lundi 8 mars 2021

Un Café Bien Chaud

 

J’avais moi aussi succombé à cette tendance de mettre des photos sur les sites de rencontres dans l’espoir de croiser la route de quelqu’un de spécial. J’étais extrêmement intriguée. La solitude, le besoin de savoir si je pouvais plaire à nouveau, cette envie d’aventure avaient eu raison de mes appréhensions et j’avais cliqué sur « envoyé ».

Des offres louches, des hommes sans aucun intérêt, des refus, j’en ai eu. Pour être franche, j’y croyais de moins en moins. Mes soirées à l’ennui grandissant m’avaient amenée à cette habitude de swiper à droite sans réellement croire au match, mais j’allais changer d’avis plus rapidement que je ne l’aurais cru.

Sa photo de profil était était intrigante, bien que basique, en noir et blanc, classique, sans détails extravagants , presque floue. Comme se faisait-il qu'il n’essayait pas de te démarquer dans cette mer de poissons et de pêcheurs? J’ai été prise de court lorsque il a accepté ma demande. Je m’attendais à ce qu'il veuille établir son territoire d’emblée, mais non. On s’est couché très tard ce matin-là, après avoir discuté de tellement de choses. Les semaines passèrent et il n’avait toujours pas fait le premier pas. Malgré ma timidité, j’avais besoin de savoir. Besoin de cette rencontre en face à face, ne serait-ce que pour savoir si le courant passait aussi bien qu’entre écrans interposés.

C’est ainsi que tu vins à ce café près de mon boulot. J’avais triché et je l'attendais depuis déjà une heure. Une longue heure à me torturer, assise seule, à me demander s'il allait se présenter et s'il allait être déçu de moi. L’automne était ensoleillé et sous mon manteau de laine pourpre, j’avais mis une simple robe et des collants, accompagnés de bottes à talon hauts. Lorsque je m’étais regardée dans le miroir avant de partir, j’avais eu le réflexe de me dire que je ressemblais à une bibliothécaire. Serait-il repoussé par mon allure trop sage?

https://urlz.fr/f5B4

J’en étais à maudire mes choix vestimentaires pour une énième fois quand une présence s’est fait sentir derrière moi.

« Qu’est-ce que tu bois? »

Je me suis retournée doucement, un peu pour garder cet énervement et cette surprise encore quelques instants. Puis, mes yeux se sont posés sur son pantalon gris, remontant vers son gros chandail de laine noire et enfin, vers ce visage jusqu’ici encore très peu connu. Il m'a sciée en deux avec cet air débonnaire, les yeux moqueurs de celui qui a fait une entrée remarquée. Sa barbe de 3 jours rajoutait au look parfaitement étudié pour avoir l’air négligé.

« Je… Excuse-moi? »

« Qu’est-ce que tu bois? »

Il est donc allé me commander un London Fog, puis il s'est pris un latté avant de venir me rejoindre.

Je ne me souviens de rien. Rien d’autre que la chaleur qui s’est répandue de mon torse jusqu’à mon visage. Ma tasse cachait à peine mes joues rosies qui trahissaient mon attirance. J’essayais d’avoir l’air naturelle, intéressante, cultivée, mais plus la discussion prenait vie et plus j’avais l’impression de ne plus être moi-même. J’ai balbutié des excuses entre deux souffles et je me suis ruée avec la salle de bain, située à l’arrière du café.

Refermant la porte avec hâte, je me suis adossée à celle-ci pour tenter de retrouver mes esprits. Pourquoi est-ce qu'il créait ce désir complètement ravageur? Je n’étais plus en mesure de réfléchir, je ne pensais plus qu’à sa bouche qui se promenait sur les rebords de sa tasse. Il m’était impossible de retourner dans la salle, pas avec l’impression d’être en feu et en furie.

Quelques petits coups frappés à la porte m’ont alors mise en panique. De quoi avais-je l’air? Comme je ne pouvais faire autrement, je lui ai ouvert. Il se tenait là, toujours aussi désinvolte, amusé de constater que l’effet qu'il produisait me faisait perdre mes moyens.

On dit qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets, ce qui, avant aujourd’hui, me semblait un peu idiot. Je ne sais pas d’où m’est venu le courage de l’agripper par le col de son chandail pour le faire entrer dans la pièce. Je ne sais pas non plus ce qui m’a pris de devoir absolument goûter à ses lèvres charnues. Comment s'est-il senti quand je me suis ruée sur lui, avec l’envie dévorante de découvrir s'il serait celui qui allait me faire dérouter de ma petite vie trop tranquille?

J’ai refermé la porte, m’assurant de la verrouiller. Ses yeux dépeignaient sa surprise, mais son excitation était vraiment visible, ressentie, palpable. D’abord timidement, je me suis collée à lui, sentant son eau de Cologne, puis amalgamant mes lèvres aux siennes. Rapidement, les choses se sont enflammées. Je ne pouvais contenir mes mains qui avaient besoin de le toucher, de connaître les moindres recoins de sa peau dont je ressentais la chaleur même à travers les vêtements. J’ai retiré son chandail, dénudant son torse, que je me suis empressée de caresser des paumes de mes mains. Lentement, je suis descendue, posant ma bouche tantôt dans son cou, puis sur ses épaules et enfin sur ses pectoraux. J’agrippais à 2 mains ses jolies fesses rebondies, tout en me collant contre lui. Soudain, moment de lucidité : qu’est-ce que je faisais là? J’ai placé mon regard dans le sien puis je me suis laissée envahir par mes envies. Ce que je voulais, là, tout de suite, c’était de le mettre à nu.


https://d.wattpad.com/story_parts/209366974/images/142aa72e5235ca33.gif

D’abord la ceinture et le bouton de ton pantalon, puis la fermeture éclair. Mes mains tremblaient tant j’étais excitée. Agenouillée dans une salle de bain, je m’apprêtais à prendre en bouche le sexe excité d’un homme que je connaissais uniquement par nos conversations. Et quelle beauté… Une verge bien droite, gonflée, plantureuse. Un gland rougi par l’envie d’être caressé, des couilles pleines qui ne demandaient qu’à être vidées par mes soins. J’en salivais juste à penser que j’allais y goûter. Mais pas question de faire cela à la va-vite. Non. Pourquoi ne pas le faire monter encore un peu plus? 


https://urlz.fr/f5AQ

J’ai donc profité de ma position pour effleurer ses jambes, remontant des chevilles aux cuisses, redescendant en prenant soin de rapprocher mon visage et ma bouche de son sexe qui me semblait être sur le point d’exploser si je ne prenais pas action. N’en pouvant plus moi-même, j’ai enfin cédé et je l’ai pris en bouche. Refermant mes lèvres sur son gland, aspirant et suçotant au rythme de ses gémissements, ma langue se promenait le long de sa fente. J’ai pris sa verge entre mes mains, resserrant mon emprise et gardant la pression bien constante. Déviant un peu de ma cible, ma langue s’est amusée à titiller ses testicules, prenant bien soin de les aspirer complètement dans ma bouche. Le savoir ainsi à ma merci était la meilleure façon de m’exciter. J’avais envie de le faire jouir, je voulais le rendre fou, alors j’ai accéléré mon rythme, enfonçant sa belle queue au fond de ma gorge, encore et encore. Ma main s’est serrée autour de ses couilles et en une fraction de seconde, j’ai su que j’avais fait mon travail de bonne façon, car ma bouche s’est remplie de son foutre chaud, précédé d’un râle libérateur et tellement excitant. Je me suis relevée, le regardant dans les yeux, avant de l’embrasser. J’avais encore son goût sur les lèvres.

Sans prendre de pause, il a pris le contrôle à son tour. Ses mains dans mon dos, il a défait ma robe, qui a glissé le long de mes épaules, dénudant mes seins qui ont instantanément réagit, pointant et demandant à être caressés. Ses belles grandes mains chaudes se sont empressées de jouer sur ma peau, se promenant dans mon dos, revenant vers ma poitrine. Sa bouche s’est emparée de mes mamelons, titillant leurs pointes, massant mes rondeurs. Tout en me faisant soupirer de désir, il a retiré mon collant, permettant à ma robe de simplement glisser par terre. J’étais complètement nue, offerte à lui et je n’avais envie que d’une chose. Comme s’il avait lu dans mes pensées, il m’a gentiment poussée contre le meuble lavabo, sur lequel je me suis assise, ouvrant mes jambes et lui offrant mon sexe pour être dégustée. Il a pu voir que ma fente ruisselait de mon envie de lui, car la coulée de mon intimité se reflétait dans la lumière. Son doigt s’est alors aventuré le long de la rondeur de mes fesses, dessinant la fente de ma vulve, ramassant au passage un peu de mon miel, qu’il a goûté en ne quittant pas mon regard. Rarement dans ma vie, je n’avais été aussi excitée par un geste. 


https://data.whicdn.com/images/155458867/original.gif

J’ai pris sa tête entre mes mains et je l’ai poussée entre mes cuisses. Je n’en pouvais plus, il fallait qu’il me fasse jouir. Son exécution fût parfaite. D’abord, tout doucement, il s’est approché de moi, embrassant mon pubis, puis déposant sa bouche ici et là le long de mes grandes lèvres. Mon clito était boursoufflé et j’avais besoin qu’il le lèche, vite! Le contact de son souffle chaud et de sa langue humide furent explosifs. Je ressentais déjà cette chaleur caractéristique de l’orgasme en montée. Je caressais ses cheveux tandis qu’il s’assurait de me faire monter et gémir encore. Je ne pouvais pas garder le silence lorsque je ressentais la pointe de sa langue se frayer un chemin de haut en bas sur ma chatte. 


https://urlz.fr/f5Bc

Lorsqu’il a inséré trois de ses doigts en moi, j’ai perdu ma retenue. J’ai mis mes jambes autour de son cou et je me suis laissé envahir par la vague. Légère à prime abord, puis de plus en plus forte, je ne voulais pas qu’il arrête. J’allais atteindre l’extase sous ses caresses. Cela n’était rien comme tout ce que j’avais expérimenté auparavant. Je me suis sentie prise d’un énorme frisson délectable et à ma plus grande surprise, j’ai joui en expulsant un jet de cyprine à son visage. Appréciant clairement le moment, il se tenait devant moi, léchant ses lèvres, satisfait. 


Il était à nouveau en érection et je ne pouvais tourner le regard de sa magnificence. Agrippant sa main, je l’ai tiré vers moi. Assise en équilibre sur le bord du meuble, j’ai resserré mes jambes autour de sa taille et j’ai pris sa queue entre mes doigts pour la faire glisser le long de mon sexe encore gonflé et humide. De gauche à droite, puis avec de petits coups, je m’excitais à nouveau. Il ne bougeait pas, attendant que je reprenne le contrôle. Je me suis exécutée, enfonçant sa verge sans plus attendre au fond de moi, puis en me relevant pour être assise dans ses bras. Je le sentais glisser comme du beurre chaud. Prenant appui sur le mur, il me pistonnait violemment et il devait mettre sa main sur ma bouche pour éviter que mes gémissements n’ameutent les gens. J’avais envie qu’il jouisse en moi, je me foutais de tout le reste. C’est alors que j’ai accéléré la cadence, dansant sur sa queue. Il me chuchotait à l’oreille de ralentir, qu’il voulait encore ressentir ma chaleur mais je n’avais pas l’intention de l’écouter. Encore, encore, plus fort et plus vite, ses yeux dans les miens, bestialement. Il s’est mordu les lèvres, se crispant, parcouru par les frissons de l’orgasme. De le voir ainsi était tellement excitant que cela a déclenché à nouveau mon puissant plaisir.

https://urlz.fr/f5AT


J’étais exténuée, mes jambes tremblaient. Ma tête sur son épaule, toujours dans ses bras, il me fit redescendre en s’assurant que mes jambes puissent tenir le coup. 

https://urlz.fr/f5Bf

Il m’embrassa dans le cou, à la racine des cheveux. Les frissons qui se sont emparés de mon corps à ce moment furent les plus délicieux jamais ressentis. C’était d’une douceur plutôt plaisante après tout ce que nous venions de vivre. Sa main pris la mienne et ses yeux moqueurs firent contacts avec les miens. Avec un sourire dans la voix, le ton badin, il me demanda à voix basse : « aimerais-tu prendre un café avec moi demain? ».

mardi 2 septembre 2014

"Soie" À Moi


Magasiner de la lingerie est un véritable calvaire pour moi. Je ne suis jamais assez ceci, je suis toujours beaucoup trop cela… C’est un peu à reculons que je suis entrée dans la boutique où la musique forte me perçait les tympans. En tentant de repérer quelques modèles à essayer, mes yeux ont été déroutés par une flamboyante rouquine.


Jambes interminables et hanches voluptueuses, elle s’occupait des autres clients. Un petit frisson me traversa l’échine, mais je suis restée imperturbable. En continuant ma recherche, je ne pouvais m’empêcher de la regarder encore et encore. Ses mouvements fluides, son port altier… Oh! Contact visuel.


J’ai appris à mes dépens qu’il est difficile de garder la tête froide quand des yeux verts et brillants regardent directement en nous. J’avais chaud et je priais pour qu’elle se détourne, mais non. Elle me fixait tout en avançant vers moi. Elle roulait des hanches et sa danse m’était destinée.


Sa main se serra fermement autour de mon bras et elle me poussa vers les cabines d’essayage. J’étais abasourdie, mais jamais autant que lorsqu’elle me dit qu’elle avait le modèle parfait pour moi en démonstration et que je ne pouvais refuser de l’accompagner… Rêveuse, je respirais son parfum citronné, les yeux à demi clos quand elle prit une fois de plus les devants en m’entraînant derrière le rideau.
Le lourd tissu noir se referma derrière nous et la lumière crue des néons me fit plisser des yeux. Elle me pria de m’asseoir, avant de poser ses mains sur mes genoux, avançant sa bouche à mon oreille.  "Regarde bien", furent ses mots…

http://38.media.tumblr.com/tumblr_lhcge1q2Hm1qbujxso1_500.jpg


Elle détacha la légère robe qui était nouée à son cou, drapant soudainement ses pieds de l’étoffe bleutée. Elle portait un corset noir, lacé dans le dos, cueillant ses seins comme des fruits mûrs. Sa taille mise en valeur fit dérouter ma vue vers la culotte de soie, dont je n’ai remarqué que la finesse.

http://lucy-loves-lingerie.tumblr.com/post/96465589417/via-lucy-loves-lingerie

J’étais sa proie.


Elle se jeta sur moi, prenant ma bouche en otage. Ses lèvres douces étaient avides, son corps entier me désirait. Son souffle résonnait dans mes oreilles, faisant battre mon cœur jusqu’à mes pieds. J’étais prise d’un appétit qui ne m’avait jamais habité. Je l’ai poussé contre le mur en lui ordonnant de ne pas bouger. Je me suis enivrée du parfum de sa peau, dans le creux de son cou. Il faisait chaud dans la cabine et le goût du sel sur le bout de ma langue était agréable. Ma salive laissait une toute petite trace humide aux endroits où j’avais pu la goûter. Je posai mon nez sur sa poitrine, au creux de ses seins divins encore prisonniers. Des baisers du bout des lèvres accompagnèrent mes mains qui détachaient chacun des crochets de son corset, avec ses plaintes impatientes en fond sonore, aussi douces qu’une caresse.



http://38.media.tumblr.com/9588b4be5f55b8b36da9b8ef8e589e21/tumblr_mvfnbqLivd1s2je29o1_500.jpg

Enfin, je pus me sustenter. Ils étaient bouillants, mais frissonnaient sous mes doigts. Plein, mais léger et pointant vers le ciel. Quelle exquise sensation ce fût de pouvoir mordiller ses mamelons, de malaxer sa peau jusqu’à en laisser la trace de mes ongles. Elle ne gémissait pas assez à mon goût, donc j’ai pris les moyens de mes ambitions. Mes doigts ont dessiné le pourtour de ses hanches, sont descendus jusqu’à ses genoux pour remonter entre ses cuisses. Cette étoffe, bien qu’infime, était de trop. J’y posai ma bouche, humant son sexe. Là, par-dessus le tissu, je la fis languir. Quelques coups de nez sur le mont de Vénus, un souffle dirigé sur ses grandes lèvres, un effleurement cruel d’un clitoris bien plus qu’excité et ma belle rousse n’en put guère plus.


http://sexual-feelings.tumblr.com/post/96424353344

Elle me força à m’agenouiller, mettant sa jambe gauche sur mon épaule et me présentant sa magnifique chatte au travers de la soie devenue humide. Un cerne mouillé fleurant le sexe animal me fit saliver. Du bout des doigts, vraiment lentement, j’ai fait glisser le peu de tissu qui était de trop par terre. Une fine ligne de duvet montrait le chemin vers son antre. Sa peau laiteuse reçut mon attention en frémissant. La cabine recouverte de miroirs était parfaite pour le voyeurisme qui nous habitait toutes les deux.

- "Allez. Regarde ce que je vais te faire"...

De la main gauche, j’écartai ses grandes lèvres tandis que mon majeur droit joua avec l’entrée de sa brèche reluisante. Centimètre par centimètre, lentement, je m’étais donné la mission de la faire hurler d’impatience. Je pus voir que j’atteignais mon but quand elle s’agita sous mes doigts, se mordant la lèvre, voulant se pénétrer de ma main entière. J’étais recouverte de son jus, une petite goutte se rendant jusqu’à mon poignet. Ma rouquine me fixa alors que je mimais de sortir ma langue, me dirigeant vers elle… Elle espérait, elle suppliait… Mais non. Je léchai la goutte de miel, savourant son goût.

http://33.media.tumblr.com/0de4422673e796fb131fea80c2588806/tumblr_mj5bf9yOtV1r5ijmqo1_500.jpg

Je n’aurais pu lui faire pire affront. Elle replia sa jambe plus fortement autour de mon cou, me faisant glisser sur les fesses. Comme une Amazone, elle était magnifique, mais dangereuse. Son bras poussa ma tête jusqu’au sol, pour que je sois obligée de m’allonger. J’étais couchée dans une cabine d’essayage, et je savais maintenant que tous pouvaient voir, car le rideau ne touchait pas au plancher.


Paralysée par l’excitation, je ne fis rien, sauf ouvrir les lèvres quand je la vis se glisser au-dessus de moi et s’accroupir sur mon visage. Je cherchais mon souffle, mais être ainsi dominée était trop intense pour que je m’en soucie.


Ma sublime déesse se caressait sur mon visage, se guidant d’un mouvement de hanches gracieux. Mes lèvres étaient devenues l’objet de sa jouissance et je pouvais respirer son plaisir. Ma langue traçait des serpentins contre sa vulve, j’aspirais son nectar tout en lui écartant les fesses pour y passer mon index. Elle se releva quelque peu pour je puisse glisser ma langue à l’orée de son vagin. Tel un dard, je m’enfonçais en elle, savourant chaque seconde. Encore, encore!!


Ma main inoccupée se saisit alors de ma poitrine, agrippant un mamelon excité et dur ayant besoin d’attention. Les pincements faisaient contraste avec la douceur de mes vas-et-vients. J’avais envie de jouir moi aussi. Mes doigts sont alors allés rejoindre mon propre sexe au bord de l’agonie. Mon clitoris avait doublé de volume et je voulais tant que l’on me lèche, que l’on me savoure. C’est comme si elle m’avait entendu, car la rouquine s’est relevée tout doucement, me privant momentanément de ce repas divin, pour s’agenouiller en glissant mon corps entre ses longues jambes fuselées.


En relevant la tête quelque peu, j’aperçus la plus belle vision : Ses seins bougeant au rythme languissant de ses hanches qui cherchaient la meilleure position. Elle m’écarta les cuisses encore plus, se cambrant pour me redonner sa chatte qui n’en avait pas eu assez. Puis, elle me coupa le souffle.

http://38.media.tumblr.com/c781aa8b7b161858054b50dc0cc243d4/tumblr_mv7lixRGdN1qzxesso1_500.jpg


Elle introduisit 3 doigts en moi, repliant l’index pour aller stimuler mon poing G, tout en fusionnant sa bouche avec mes grandes lèvres et ce petit trésor sensoriel. Comment allais-je pouvoir tenir encore, la faire jouir alors que je perdais moi-même la carte? Mes cuisses tremblaient, mon ventre se tendait de plus en plus et je râlais sans prendre la peine de me retenir. Sa langue dansait su ma peau, ses dents agaçaient, torturait et se jouaient de moi. Elle ne cessait de me pénétrer, plus loin, toujours en tournant le doigt qu’elle ne manquait pas de lécher entre ses visites. En rouvrant les yeux un instant, j’ai vu des pieds immobiles devant la cabine et cela a provoqué en moi bien plus que je ne le croyais.


J’ai alors mordillé sa peau, claqué sa fesse et inséré mes doigts à mon tour dans sa chatte. Je couvris son clito de salive, faisant tournoyer ma langue de plus en plus vite. J’aspirais sa chair, couvrait du plat de la langue toute sa rose. C’était un combat de la plus salope. Qui allait jouir en premier?

http://38.media.tumblr.com/73a0c76de9246eed7f3716280c78e187/tumblr_mi2v9kfcGQ1rn1rjvo1_500.jpg


J’ai obtenu la réponse quelques secondes plus tard lorsqu’elle se tortilla, criant qu’elle ne pouvait se retenir. Ma sensuelle rousse trembla, et je vis son vagin se contracter autour de mes doigts. Elle expulsa un liquide chaud qui se répandit dans ma bouche, sur ma main et ma poitrine. Je n’avais encore jamais fait jouir une femme de cette façon et à mon tour, je me laissai aller. Les vagues de plaisir ne pouvaient plus être contrôlées et je me perdis dans un cri sans fin.



-          Pour ça, je t’offre ce que tu veux, dit-elle. Promets-moi de revenir, mon appétit est féroce…

mercredi 6 novembre 2013

Il me dit



Tu en dis des choses, mon bel amour, mais quand je suis lovée contre toi, les yeux fermés et la main entre les cuisses, tes mots sont puissants, pervers et diablement invitants.

Tu m’as chuchoté dernièrement que tu avais fait un rêve dans lequel ta liberté avait pris le dessus. Nous étions à ce party de Noël de compagnie qui risque d’être quelque peu hautain. La salle était pleine à craquer et je portais cette magnifique robe qui laissait voir mon dos dans une échancrure de dentelle sans fin. Il faisait sombre et je ne pouvais pas te voir. Mais je t’ai senti.

Tout d’abord, ton nez dans mon cou. Chaud et doux. Pour me dire bonsoir, puis, ton index qui redessinait les motifs de la robe, ne prenant même pas la peine de s’arrêter à la courbure des fesses. Ensuite, tes mains puissantes pour m’agripper et me retourner.

http://s3.amazonaws.com/rapgenius/filepicker%2FDaPhVinoQxWpxwKd1V1G_kiss_on_neck.jpg


Contact.
Chaleur.

Tes yeux brillaient de flammes sexuelles comme j’en avais rarement vu. J’ai alors compris que tu avais envie de moi et que rien ne t’empêcherait de me goûter.

Ta bouche s’est plaquée sur la mienne, mordillant ma lèvre et faisant échapper un filament de sang tant ta bestialité était grande. Ma main fut prise par la tienne et plaquée sur ton sexe déjà dur et malgré la seconde d’hésitation, je me suis mise à te caresser au travers de ta braguette lâche. Quelle protubérance! Du bout des doigts, je ressentais la texture douce de ton gland, la peau tendue de ta verge et même la chair de poule qui s’installait doucement sur tes testicules de plus en plus gonflés.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/66031398884

Et tu as osé.

Ta main s’est posée sur mon épaule et j’ai senti ta force me pousser. Tes yeux me suppliaient de te prendre en bouche. J’ai plongé, à genoux dans cette immense salle bondée, dégageant ta queue sublime pour la goûter. Des baisers tendres sur le bout, ma langue humide se frayant un passage tout le long de ta peau salée. Ma main gardait la tension, tandis que mes lèvres formaient une prison dont tu ne voulais pas t’échapper. Autour du gland, chatouillis de la langue sur ton anneau de chair de plus en plus rouge. Succion infernale, j’en mouillais déjà. À force de me délecter de ton sexe, j’en avais oublié les autres…

Le silence. Comment l’oublier?

Ils étaient tous là, ébahis, choqués. Je n’allais pas m’arrêter pour eux.

Me relevant à peine, tu m’as poussée contre la chaise. Tes mains puissantes ont remonté ma robe alors que tes soupirs bestiaux me pressaient d’entrouvrir mes cuisses. J’ai pris appui sur le haut dossier, cambrant le dos, déposant mon pied sur l’autre assise près de nous. J’avais le cul nu devant tous et je t’ai offert ma chatte sur un plateau d’argent. Tu as pris quelques instants pour admirer la vue. La peau douce, lisse, rosée. Mes grandes lèvres déjà écartées  formant une fleur d’où coulait un torrent de désir étaient une invitation au dessert. Comme on déguste un fruit dont le jus nous coule entre les doigts, tu t’es rué sur moi pour lécher du plat de la langue mon offrande.

Mon clitoris allait être ta proie et comme tu le savais déjà, je ne pouvais demander mieux. Je te tenais par les cheveux, jouant du bassin pour que ta bouche couvre chaque centimètre de ma vulve en émoi. Aspirant doucement ma chair, dessinant de gauche à droite le chemin vers l’extase, ta langue semblait me jouer une mélodie tant tu me faisais soupirer d’aise.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/66138782799


J’ai cru percevoir une présence. Ils étaient deux. Deux hommes, eux aussi en costume cravate. Dans ma bulle, je les ai laissés entrer. L’un d’eux a arraché mon corsage, libérant ma poitrine depuis trop longtemps comprimée. Il a avancé la bouche vers mon mamelon raidi par le désir et vos yeux se sont croisés.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/66153159373


Une demande silencieuse, une seconde d’éternité, puis le retour de ta bouche sur mon sexe pour confirmer que tu leur donnais la permission de se joindre à nous. Dans la pénombre de la salle, je me suis retrouvée couchée sur une table, un amas de tissus replié sur mon ventre, mes jambes se balançant dans le vide. Tu étais là, insérant tes doigts en moi pour me faire danser. Plus vite, plus vite encore. Un des deux hommes me tenait les bras au-dessus de la tête, caressant gentiment mes poignets tout en masturbant, tandis que l’autre était affairé à lécher mon sein droit. Pointu, charnu, comblé.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/63854421262/http-first-teen-anal-sex-tumblr-com


Le silence avait disparu. En ouvrant les yeux, j’ai pu constater que les curieux s’étaient rapprochés. Nous avions droit à un public très heureux de notre performance. Je pouvais entendre les soupirs des femmes se faisant toucher par leurs maris, comme si la pudeur venait de disparaître à jamais.

C’est à ce moment que tu grimpas sur la table, enfin débarrassé de ton pantalon et de tes souliers. Je pouvais sentir mon jus qui coulait jusqu’entre mes fesses, supplication des plus clairs pour que tu viennes me prendre. Soulevant ma croupe, tu m’aidas à enrouler mes jambes autour de ton bassin et tu enfonças ta queue bien au fond de moi. Des perles de sueur couvraient ton front et tu t’agrippais à mes hanches pour que nous soyons encore plus fusionnés. Dégageant mes poignets, j’ai tourné le regard pour voir l’autre homme qui se caressait près de moi. Je lui ai offert ma bouche, qu’il prit aussitôt. Il me retenait la tête et me pénétrait, se délectant de mes jeux de langue. J’étais totalement prise et je sentais la jouissance grimper à une vitesse folle. 

Mon autre amant venait de m’être enlevé par cette jolie brune et ils étaient maintenant en levrette.  Je la regardais se faire prendre, ses petits seins valsant au rythme des claques que son partenaire mettait sur son cul en l’air.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/63850182419


J’en étais au point de non-retour. J’ai resserré mes lèvres autour son pénis, créant une frénésie de plaisir, le faisant jongler avec la douleur et l’intense besoin de jouir.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/66145915528


 Je t’ai aussitôt senti encore plus dur qu’avant, toujours en train de me pistonner le sexe tout en me léchant les seins. Tu aimais me voir en sucer un autre que toi et c’est en voyant son sperme éclabousser mon cou que tu en es toi aussi venu à jouir, criant ton plaisir dans un râle rauque et sensuel. Chaque fois que je te sentais perdre pied en moi se produisait la même chose : j’en jouissais. Mes ongles dans ton poignet et mes yeux te suppliant de ne pas arrêter, j’ai savouré chaque vague de cet orgasme tant mérité.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/65888730873


Raconte-moi une histoire.. Encore!

mercredi 28 août 2013

Un Peu Plus Fort



Mes genoux sont douloureux. Mes gémissements se confondent entre le plaisir et le malaise, mais je t'en prie, ne t'arrête pas. Continue de me prendre la tête entre tes belles grandes mains pour m'obliger à me délecter de toi. Pousse encore, il faut qu'elle soit bien au fond de ma bouche gourmande.

http://www.theartofblowjob.com/samples/2012-02-15-lg.jpg


Ma langue devient râpeuse à force de glisser sur ta verge. Tu ne t'en plains guère, car tes yeux se ferment dès que la succion menace de te faire basculer vers la lumière. Encore, encore. J'embrasse ton gland, malaxe tes testicules, respire ce parfum mâle signe de ton envie et de la chaleur qu'il règne entre nos deux corps.

Tu m'empoignes les cheveux, les tire et tu me chuchotes que la salope que je suis mérite encore plus de ta divine queue. Je ne demande qu'à t'offrir ma chatte où perle mon nectar, te soulevant ma croupe, mais tes plans sont autres.

Je me sens bousculée sans ménagement, perdant mon appui pour me retrouver sur le dos. Violemment, tu me tires pour que ma tête dépasse du lit, tandis que mon corps est sans défense sur les draps froissés. Je ne peux voir que tes fesses alors que tu te penches sur moi pour m'ouvrir les cuisses avec force. Dans un grognement, ta bouche s'empare de mon sexe délaissé, me goûtant, me dardant de ta langue, que tu insères, aspirant mon jus, tout en me titillant le clito du bout des doigts. Cela ne te suffit pas, car tu m'enfonces 2 et puis 3 doigts profondément. Ils glissent à merveille, réveillant des sensations sublimes. Mange-moi encore, je t'en prie!

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/58328850718


Tu ralentis quelque peu le rythme, juste assez pour prendre le temps de poser tes lèvres sur moi. Je suis à vif, prête à exploser en sentant les chemins sinueux que prend ta langue sur ma chair rose et juteuse. Je respire à peine, expulsant tout mon air dans mes soupirs de femme dominée.

J'en veux plus!

Je ne peux plus bouger, presque étranglée par ton corps. Seule ma langue peut encore se laisser glisser sur tes couilles qui dansent devant mes yeux. Tes mains m'empoignent les seins, créant un canyon que tu arroses de lubrifiant. Je sais ce qui m'attend et je me sens encore plus excitée. Tu vas m'utiliser..

Je suis glissante, luisante et sur le point d'imploser lorsque je sens ton magnifique sexe d'une dureté absolue se glisser entre mes seins. Tu en as un dans chaque main, les empoignant fermement pour te branler. Encore, encore et encore, tu te caresses alors que je réussis à me libérer une main pour la glisser entre mes jambes. Du seul contact de mon index, je me touche, me mouille, me malmène tandis que toi tu profites du spectacle en ne cessant pas de te caresser.

Tes râles sont rapprochés. Tu as le souffle court. Je te donne le coup de grâce en suçotant tes couilles. Hmmmm.. Je ferme les yeux pour ressentir ton éjaculation brûlante sur ma peau, décorant mon ventre de ton sperme... Puis, tu t'effondres sur moi, gardant juste assez d'énergie pour me lécher encore, m'arrachant un orgasme qui te laissera des marques dans le dos...

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/58923151510


mardi 19 février 2013

Enfin!

Ça fait des jours que je ne t'ai pas vu et tu me manques. Vraiment. Toute seule, je ne fais que penser à toi et à la sensualité que tu dégages. Il n'y a que toi pour me rendre femme.

Notre relation dure depuis des mois, mais tu finis toujours par repartir. Je te laisse faire, car je sais que je ne peux te mettre en cage, même si j'adore t'attacher. Je sais que tu viendras bientôt, mais je ne sais pas quand, ni comment.. Je dois me laisser porter et accepter ce que tu me donneras. Je suis prête.

http://md0.libe.com/photo/329925/?modified_at=1317366371
 
Ce soir là, il faisait canicule. Dans la douche, j'ai pris mon temps pour le simple plaisir de l'eau qui rafraîchissait mon corps. Mes boucles brunes tombaient en cascades sous le poids de l'eau et de la mousse qui dégringolait sur le bout de mes seins. Malgré ces sensations plaisantes, je ne voulais pas me caresser. Quelque chose me disait que je devais garder mes cris de jouissance pour toi, pour ta présence.

En sortant de la cabine embuée, je ne me suis pas séchée. Très confortable nue, j'ai laissé l'eau s'évaporer grâce à la brise chaude entrant par la fenêtre. Je me suis étendue sur mon lit, un livre à la main, puis je me suis endormie.

http://image.toutlecine.com/photos/a/n/a/anatomie-de-l-enfer-2003-00-00-5-g.jpg


Vers 3 heures, j'ai su que tu étais là. Sans ouvrir les yeux, je pouvais savoir que tu étais enfin avec moi. Personne n'avait les mains aussi douces que les tiennes, surtout lorsque tu les promenais sur ma peau nue, déclenchant ma chair de poule et les frissons que j'aimais tant. Mes mamelons en érection ne pouvaient cacher mon désir pour toi. Durs, ils demandaient ta bouche. Seuls tes mains, tes doigts, tes paumes voyageaient sur moi, comme si tu avais voulu garder l'explosion de nos sens pour plus tard.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/43486028815

En m'habituant à la pénombre, j'ai enfin croisé ton regard. Tes yeux d'ordinaire si doux cachaient quelque chose, une pointe de perversité sans doute. Tu as sorti de ta poche un objet que je ne pouvais reconnaître sans lumière. Tu l'as posé sur moi, délicatement, puis tu m'as embrassée dans le cou, me recouvrant de ton corps. Tes lèvres et le genou que tu avais glissés entre mes cuisses me faisaient presque oublier ce bout de plastique, jusqu'à ce que tu l'allumes. Mon ventre s'est mis à vibrer légèrement et le sourire coquin qui a illuminé ton visage m'a fait comprendre très vite que j'allais passer un moment divin. Ta langue s'est alors aventurée tout près du jouet, léchant mon nombril, parcourant ma peau.

Je suppliais pour que tu prennes mes seins en bouche, juste un peu. Que tu me mordilles, me lèches, me tortures. Ce soir, tu ne m'écoutais pas. Tu me surplombais, majestueux. Tes larges épaules visibles à travers la chemise que tu portais et ton sexe gonflé contre ma cuisse. À cet instant, je m'avançai pour tenter de te toucher, mais tu stoppas ma course.

Te relevant sur les genoux, tu t'es déshabillé, déboutonnant ta chemise avec une lenteur exaspérante, faisant s'intensifier mes soupirs de maîtresse désirant être prise et comblée. Tes bras forts, musclés laissaient voir le tatouage rempli de mystère qui s'accrochait à ta peau. Ça m'excitait. Je ne savais dire pourquoi, mais ça me faisait carrément mouiller.


http://sexual-feelings.tumblr.com/post/43211593619
Dès que je faisais mine d'avancer les mains pour te toucher, tu me retenais, m'empêchant d'avoir accès à ton corps, créant une colère sourde qui s'exprimerait encore plus fort sous tes coups de bassins. Mais il me faudrait attendre, même si je me sentais prête à te frapper pour obtenir enfin toute l'attention dont tu m'avais privée.

Ce jouet que tu avais apporté continuait de vibrer sur mon ventre lorsqu'enfin, tu t'es décidé à le placer entre mes cuisses brûlantes. J'étais tendue, excitée, il me fallait jouir. Écartant mes grandes lèvres, tu as déposé le bout vibrant de ton cadeau sur le repli de mon clitoris, coupant mon souffle. Ma tête, mes épaules et mon dos cambré étaient parcourus de soubresauts. Et tu me regardais. Petit vicieux, nu, bandé comme jamais... Je pouvais sentir la dureté de ton sexe, mon envie de le prendre en bouche n'en étant que plus forte.

Mes soupirs allaient enfin être entendus, je le sentais, puisque tu es venu te mettre à genoux à mes côtés, prenant ma tête entre tes mains. Très sur de toi, c'est en un coup de hanches que tu m'as enfoncé ta verge dans la bouche, me donnant enfin ce que je désirais tant. Avec douceur, je me frayais un chemin le long de ton sexe, prenant bien soin de sucer chaque centimètre avant de revenir faire pression sur ton gland durci et chaud. Tu adorais que je prenne tes couilles pleines dans ma main, serrant tes boules avec dureté. Rien ne m'excitait plus que de te faire monter encore, encore puis de m'arrêter, créant le vide de mes caresses. Je voulais que tu me supplies, que tu aies besoin de moi.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/43338820587

 Allez, vas-y. Exige. Fais de moi ta chose, ta passion. Ta main empoigna mes cheveux, relevant ma tête avec force pour que je continue de te sucer. Mes lèvres et ma langue se remirent au travail, se concentrant sur le bout de ce sexe magnifique que tu m'offrais. Créant le vide, j'accentuais la pression sur toi, t'entourant de mon humidité, de ma chaleur. Et tu grognais. Tu me prenais la bouche comme si tu n'avais jamais eu droit d'y entrer auparavant, alors que j'avais de plus en plus de mal à me retenir de jouir, accompagnée des vibrations qui s'intensifiaient entre mes cuisses. Tu ne voulais pas que j'arrête, pas question. Je ne pouvais plus avaler, à peine respirer tant tu te démenais sous ma langue. Le dominant que tu étais n'en avait pas fini avec moi.

Me retirant mon délicieux plaisir sous la langue, tu m'as fait placer à quatre pattes juste pour le plaisir de me prendre comme une chienne. Mes fesses écartées, offertes entre tes mains, ta queue bien au fond de moi, tu te délectais de la voir entrer et sortir, luisante de mouille et si chaude. Je tendais la main pour prendre possession du jouet, mais j'en étais incapable. Mes genoux fléchissaient, je haletais tandis que ma tête s'enfonçait dans l'oreiller. Mes doigts faisaient rouler ma délectable bille rose au rythme de ta pénétration animale.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/43456767463

FUCK!!! Encore!!! Je me caressais comme une affamée, incapable d'arrêter. Tes doigts marquaient ma peau, laissant la trace de tes ongles sur mon cul rebondi. Tu râlais de plus en plus. Je savais que tu allais jouir, alors j'ai resserré ma chatte autour de toi, t'empêchant de respirer. Entre, sors. Plus fort, plus vite. Dans la pénombre de la chambre, nos ombres créaient des dessins sur le mur blanc.Rien ne pouvait te reconnecter avec la réalité. Tu ne voulais que moi, encore plus profondément. Mes hanches nous faisaient danser, haleter. La douleur de la morsure que tu m'as alors laissée dans le cou était pour moi le signe de la bestialité qui nous unissait.

Je le sentais, il n'était plus question de reculer. Dans un cri, tu es sorti de mon antre pour venir arroser mon dos et la cambrure de mes reins de ton liquide blanc. En sentant les jets se déposer sur ma peau, je ne pus retenir un soupir, puis un cri de jouissance qui venaient tous deux du fond de mes entrailles.


Tu n'es plus jamais reparti depuis...



Pour toi, qui m'a redonné envie d'écrire et d'aimer xxx









dimanche 29 avril 2012

Nouées..




Mes mains sont nouées dans mon dos. Mon coeur bat dans mes tempes. Je tremble, je sue. Mes yeux recouverts d'un épais bandeau ne voient rien. Je me fie à mes autres sens pour tenter de me situer. Je sais. Je sens. Il est là.
http://media.paperblog.fr/i/394/3944629/yeux-bandes-L-D_XdSz.jpeg


Il s'approche. Je l'entends respirer. D'abord, il effleure mon bras de sa main, de l'épaule jusqu'au bout des doigts. Le silence est pesant, il fait chaud. Pourtant, je frissonne, car je peux anticiper ses actions.

16581419.gif
http://noiretblanc74.unblog.fr/2011/01/10/couple-12/

Il attrape ma longue chevelure rousse et me tire vers lui. Mon corps ne peut se défendre, mais en ai-je envie? Mes lèvres cherchent sa nuque et quand enfin elles trouvent, je me gave. Salée et chaude, délicieusement sale. Il réitère sa domination en appuyant de plus belle sur ma tête. Je plie sous la pression et me retrouve agenouillée devant lui. Je salive à l'idée de me délecter de sa verge à l'odeur musquée. Déjà, elle perle de ce liquide chaud si doux. J'accueille la première goutte, aussi excitée que lui. Comme je ne vois rien, je m'imagine son sexe bien tendu qui demande ma bouche.
 

Je dessine sur son gland des arabesques de douceur, enrobant de ma salive ce pénis si doux. Je distingue parmi les bruits ambiants quelques soupirs qui me disent que je sais m'y prendre. Je tends alors la peau de son sexe vers l'arrière, la retenant à la base de sa verge. J'ai le champ libre pour me gâter. J'enfonce au plus profond de ma gorge son sexe et je suce. Encore et encore. Je le dévore, je suis gourmande et il en redemande. Ses genoux tremblent et je peux ressentir le contrôle qui change de main.

http://www.nouvellestentations.com/Image/img_articles/bandez_vous_les_yeux/yeux_bandes_p2_4.jpg

Mes doigts se glissent sur ses testicules gonflés, pleins d'envie et de retenue. Il grogne, plaignard. J'en rajoute en titillant le contour de son gland en le faisant caresser ma joue, passer sur ma lèvre inférieure, sans lui donner le plaisir de ma langue. Je le rends fou et j'en suis heureuse.
http://www.adlibidinem.com/wp-content/uploads/2008/01/beauty-and-braces.jpg

Je suis toujours dans cette noirceur légèrement épeurante, mais si excitante. Mon amant me relève de ma position accroupie, en empoignant mes fesses bombées pour me tenir contre lui. Son érection qui était dans ma bouche il y a quelques instants à peine se pressait maintenant contre ma culotte brésilienne détrempée.

Soudain, il me pousse contre le sofa de cuir. C'est froid et collant contre ma peau. Son désir animal se déchaîne quand son visage trouve mes seins, encore galbés dans ma lingerie blanche. Il est si vorace qu'il ne sort qu'à moitié mon sein gauche, le malaxant sauvagement d'une main, tandis que sa bouche aspire mon mamelon. Je soupire et me détends.

http://sexual-feelings.tumblr.com/post/21992221264

 Je suis prise au piège et j'en suis ravie. Son genou touche mon entrecuisse et je sais qu'il peut sentir la moiteur qu'il a créée. À ce moment précis, il me guide pour que je me retourne, face contre le mobilier. Je sens bien qu'il se relève, mais j'entends à peine le son de ses pas sur le tapis. 5 secondes, puis 15. Finalement, lorsqu'il revient, il me demande de tendre les poignets.J'acquiesce à sa demande, soupirant d'envie. Les liens me scient la peau, mais je m'en fiche. En cambrant les fesses, je lui offre une vue imprenable sur ma chatte. Le satin me colle au corps, je suis au paroxysme du désir.
 
http://b.ricabrac.free.fr/Ottoman.jpg


Il glisse le plat de la main entre mes jambes, remontant sur mes cuisses, sautant de l'une à l'autre, sachant très bien que je ne veux que sa langue en moi. Il me fait languir... J'anticipe ce moment où enfin je pourrai sentir sa chaleur sur moi. Je suis prise, je ne peux rien faire et je m'abandonne.

http://zeblog.majest.net/wp-content/documents/couple-fesses-bras-penombre-noir-et-blanc-300x210.jpg

 Le choc se fait ressentir. Une claque magistrale, violente, sadique sur ma hanche. La douleur est vive et j'entends son rire. Il m'enveloppe de la lourdeur de son corps, massant sa verge le long de la raie de mon postérieur. Il me souffle un baiser dans l'oreille, mordillant mon lobe, juste avant de me pincer un sein qui avait le malheur d'être sorti de sa cachette.. Instantanément, le mal se transforme en excitation. Je ne me comprends plus..

Il marque le côté de mon corps, du bout des ongles. À peine m'effleure-t-il que j'espère, je souhaite ardemment qu'enfin, il passe à l'attaque. Il arrête ses ongles à la bordure de ma culotte, s'agrippant pour mieux la faire descendre. Quelques centimètres à la fois, avec une exaspérante lenteur. Je suis cul nu, avec pour seule possibilité de mouvement la danse de mon bassin. Je choisis de me cambrer au maximum, à en avoir la tête plus basse que mes fesses.

http://1.bp.blogspot.com/_e-C6CQMvaZw/TUmrvge079I/AAAAAAAAAR8/hh0PKYABiic/s1600/tumblr_lc4r75C18R1qb4qj0o1_500.jpg

Aussi sauvagement qu'auparavant, il me pénètre, enfonçant sa verge d'une incroyable dureté en moi. Il me brûle comme un feu et je me consume. Ses mains puissantes s'agrippent à mes hanches pleines, lui donnant l'occasion de me mener à la baguette. La profondeur de sa pénétration me fait halluciner, le plaisir monte, mais je ne suis pas au bout des surprises...

En se retirant, il pose des baisers de ma nuque jusqu'à la courbure de mon dos, puis me demande de me relever. Toujours en me guidant, il me fait m'étendre à plat ventre sur le plancher. Je l'entends chercher quelque chose dans la poche de son pantalon, laissé un peu plus loin. C'est alors qu'il soulève quelque peu mes jambes, en laissant un petit objet contre mon sexe. Dès lors, je devine ce que c'est. Un minuscule vibrateur!

Difficile de contenir mon plaisir lorsque mon sexe offert s'abandonne à ces délicieuses vibrations. Mes hanches bougent encore et encore, et je resserre les cuisses pour diriger toute l'action sur mon clitoris prêt à exploser tant il est stimulé. Je croyais ne pas pouvoir en supporter plus, mais ma surprise est grande lorsque mon bourreau s’insère à nouveau en ma chair. La vibration de mon sexe se répercute sur le sien, le faisant accélérer la cadence.

http://3.bp.blogspot.com/-qlC-UlYxO8U/TjKzxUD9RSI/AAAAAAAAKBo/jpTUzLF39YU/s1600/bingo.jpg

Avoir les yeux et les mains bandés me rend encore plus réceptive à la moins petite chose et c'est pourquoi je peux percevoir son gland à l'entrée de mon vagin, me chatouillant tout doucement tandis que je vibre de partout. Inutile de vous dire que l'orgasme m'est venu peu après. Retenir mon cri? Impossible. Je m'abandonne et profite de la vague. Je mords mes lèvres, les yeux fermés malgré mon bandeau. La giclée de sperme se déverse en moi et la moiteur est encore palpable. 

Il se décide enfin à me détacher... CLAC!! Oups. La gifle est partie toute seule...Je le jure.